Le Chichois..Chaos-Bt part en guerre contre les OGM

 

 

 

 

..................................




Le CHICHOIS
site hébergé chez


agence internet de conception et d'hébergement de sites.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

^

 

 

Interview . N° 67  20 Octobre 2003

Chaos-Bt part en guerre contre les OGM dans le port de Sète.

Suite à l'intéressant article paru dans le Midi Libre du Mardi 7 Octobre et signé Olivier SCHLAMA, nous avons contacté les membres du collectif CHAOS-Bt qui ont accepté de répondre à nos questions.

Parlez nous de l'existence de Chaos-Bt.
Nous formons un collectif d'environ une quinzaine de citoyens préoccupés par les dangers que représente le OGM ( organisme génétiquement modifié ). Nous résidons dans le bassin de Thau et nos actions portent principalement sur les importations d'OGM dans le port de Sète. Chaos-Bt signifie : Comité Halte Aux Ogm de Sète et du Bassin de Thau - et les connaisseurs remarqueront le jeu de mots avec Bt, comme Bascillus Thuringiensis, bactérie insecticide inoculée dans des graines pour les rendre génétiquement résistantes. Chaos Bt a été créé il y trois ans. Nous sommes aussi membe du collectif départemental " Pas d'OGM dans l'hérault ".


Quels sont vos buts ?
Faire cesser les importations d'OGM à Sète ! On parle beaucoup des OGM cultivés en plein champ qui représentent un risque majeur pour l'environnement mais il faut remarquer que ce danger représente une part minime en rapport aux millions de tonnes d'OGM rentrant en France dans nos ports. A Sète les OGM d'importation sont utilisés via la SOGEMA pour alimenter en nourriture animale toute la région du Languedoc Roussillon et via Céréol Trituration pour la composition des huiles alimentaires destinées aux humains. Nous consommons les viandes animales et nous achetons dans les commerces cette huile pour notre cuisine. Voyez vous les dangers ? Aucunes études sérieuses sur l'évaluation des risques sur la santé et l'environnement n'ont été faites. De nombreux scientifiques s'inquiètent d'aileurs de cette commercialisation d'OGM effectuée sans suffisamment d'expérimentations préalables. 700 chercheurs ont récemment signés une pétition contre une diffusion non controlée des produits OGM.

Quelles sont les actions entreprises dans le cadre de votre lutte contre les OGM ?
Tout d'abord de l'information sous différentes formes. Par exemple nous sommes à l'origine de la " Fête de Meze - un Monde sans OGM " dans laquelle depuis deux années et avec la participation et le soutien d'organisation comme Greenpeace, ATTAC et la Confédération paysanne nous organisons des rencontres ouvertes au public. Nous y proposons aussi avec la venue de chercheurs généticiens, agronomes et économistes des conférences sur les risques et les enjeux de cette invasion génétique. Nous sensibilisons aussi les municipalités lors de rencontre afin de faire adopter des arrêtés interdisant la culture d'OGM sur les communes concernées. Nous parlons aussi des cantines scolaires où il serait souhaitable qu'il n'y ait pas d' OGM dans la nourriture servie aux enfants.

Nous participons aussi en collaboration avec Greenpeace, ATTAC et la confédération Paysanne à des journées d'intervention dans les grandes surfaces où nous dénonçons les problèmes de non-étiquetage des produits contenant des OGM (qui pourtant est censé être obligatoire par la loi...). Et puis nous essayons de travailler en concert avec les principaux acteurs de la filières OGM de Sète. C'est à dire Céréol Trituration et la Sogéma afin de voir si les normes de sécurité concernant la séparation entre produits avec OGM et ceux qui n'en contiennent pas sont respectées, ainsi que le pourcentage en teneur OGM des produits sensés être non contaminés.

Récemment nous avons " récolté " un millier de signatures sur deux pétitions adressées à la SOGEMA et à CEREOL ( en fait 600 signatures différentes sur chacune des deux ). - En voici les textes :

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?
Le manque total de transparence des informations qui nous sont données par les acteurs de la filière OGM de Sète. Par exemple il nous est toujours impossible malgré nos demandes répétées de connaître avec exactitude le chiffre précis des pourcentages d'OGM importés. Impossible aussi de vérifier convenablement si les mesures de séparation entre produits sans OGM et ceux en contenant sont appliquées comme prévue dans le cadre d'une loi très stricte en ce domaine. De même, malgré des promesses faites depuis longtemps, il nous est impossible de connaître le taux en teneur OGM des tourteaux de soja destinés à l'alimentation animale..... Difficultés aussi venant de la Mairie de Sète pour nous faciliter l'obtention de lieu de réunion et de rencontre. Refus de cette même Mairie de répondre à notre demande d'organiser entre la municipalité, la CCI et les acteurs Sétois de la filière OGM une rencontre afin de définir des modalités d'abandon progressif des produits OGM au profit de produits non-OGM.

Par contre un accueil très favorable nous est donné par la population qui, certainement suite à cette crise alimentaire de " la vache Folle ", se sent très concernée par ces problèmes.

Sète serait donc une " plaque tournante " des importations d'OGM ?
Par les ports Français transitent chaques années plusieurs millions de tonnes de produits OGM. On estime à Sète qu'ils en circulent environ 400 000 Tonnes de provenance essentiellement des Etats Unis et d'Amérique du Sud via la SOGEMA et CEREOL. C'est énorme ! Ces Organismes génétiquement modifiés vont directement dans notre alimentation en étant utilisés dans la fabrication d'huile vendue dans les rayons alimentation ou sont utiliser pour nourrir ces animaux à qui l'on a supprimer les farines animales ! Va t-on aller d'une catastrophe à une autre ?

pour contacter le collectif Halte aux Ogms par mail : chaosbt@regionsud.com

Louis Ernesto

 

 

PUBLICITE