Le Chichois..Que pouvons nous faire
 

 

..................................


Le CHICHOIS
site hébergé chez

agence internet de conception et d'hébergement de sites.

 


 
 

^




 

Société. N° 65  8 septembre 2003

CANCUN OU LA DANSE DES CANARDS. 

     Quelle est la différence? Dans un cas on fait semblant de s'amuser dans l'autre semblant d'être sérieux. Dans les deux il s'agit d'une mascarade. 
     Les grandes réunions de chefs d'état de la "communauté internationale" sont elles autre chose qu'une vaste mascarade publicitaire pour vanter la mondialisation libérale? 

     Quels engagements - issues de ces fastueux colloques - ont jamais été tenus? 
-- Pas ceux de réduire la faim dans le monde, ni ceux visant le contrôle des gaz à effet de serre. Aucune action sérieuse n'a été réalisée pour prévenir les pollutions, les carences d'eau potable, etc... Les quelques lois existantes pour la protection de l'environnement ou de l'intérêt publique sont copieusement bafouées ou même restent lettre morte. 
Ainsi les réglementations sur la transparence dans les essais d'OGM en plein champ, sur la protection des travailleurs, la sauvegarde des espaces naturels - dont le littoral, l'accès aux médicaments pour les pays les plus pauvres etc ....sont appliquées avec beaucoup de dilettantisme. (curieux, personne ne parle là des dégâts de la pensée 68 - il est interdit d'interdire - appelons à notre secours Luc Ferry et Sarkozy !! les babas cool ont envahi nos plus nobles institutions - à moins que ce ne soient les mafieux).

    Sur quel domaine règne l'OMC ? 
La notion de commerce, sur la scène internationale recouvre beaucoup plus que sa définition traditionnelle : l’échange de biens et de marchandises. Aujourd’hui, confier à un ministre ou à un commissaire européen le commerce international, c’est lui confier des responsabilités considérables dans des domaines qui n’ont, parfois, aucun rapport direct avec le commerce : l’agriculture, les brevets, les droits d’auteur, les copyrights, l’investissement, les marchés publics, l’immense domaine des services (l’enseignement, la santé, la culture, mais également les services financiers, les services juridiques, les services comptables et fiduciaires, les transports, les services environnementaux, etc., etc., etc., la sécurité sociale, tout le secteur des activités non marchandes et les services publics), bref, toutes les matières couvertes par les 22.500 pages des Accords de Marrakech qui impliquent des choix fondamentaux de société. 

   Quels sont les enjeux économiques? 
Les chiffres: Pour les ogm par exemple "Le chiffre d'affaires annuel du marché mondial des semences s'élève à plus de 45 milliards d'euros, mais 80 % des agriculteurs, surtout ceux du Sud, n'ont pas encore renoncé à les conserver d'une année sur l'autre et à les échanger avec des voisins au lieu de les acheter. Les transnationales des semences visent donc une triple expansion : géographique, variétale et commerciale." "On constate qu'aux Etats-Unis cinq entreprises contrôlent presque les neuf dixièmes des semences OGM, ainsi que les pesticides et herbicides qui leur sont associés, avec Monsanto en leader absolu. Pour cet oligopole, tous les moyens sont bons pour combattre les opposants aux OGM."(Le Monde Diplomatique avril 2003).

La tactique: Toujours à propos des OGM: La pratique systématique de la politique du secret et les fraudes facilitent les arguments du fait accompli, de l'impossibilité du retour en arrière, et donc la justification et la banalisation des ogm. Des pays officiellement non ogm sont en fait déjà largement contaminés. Ainsi le Mexique. L'exemple du Mexique est consternant à double titre: la contamination ogm touche des maïs mexicains indigènes non ogm. Mais aussi la découverte d'une construction génomique inconnue. Deux chercheurs ont montré qu'il s'agissait d'un déplacement de gènes à partir d'OGM. Pourtant les firmes de biotechnologies ont toujours affirmé que c'était totalement impossible! 

    Pourtant il y a urgence à légiférer..... et à respecter les lois. 
L'environnement, la survie de l'espèce sont en danger: "Clairement, notre choix de développement n'est pas durable et, même si cette expression est devenue un leitmotiv, les politiques actuelles ne sont pas suffisamment infléchies pour mériter cette qualification...... Agir dès maintenant : c'est l'urgence. Inutile de nous bercer d'illusions. Si rien n'est fait, nous fonçons dans le mur. Il nous faut prendre un virage et il ne peut être pris en douceur. C'est un virage serré à négocier avec la société tout entière impliquée comme elle sait l'être lors d'une entrée en guerre..... la mobilisation est générale mais le jeu en vaut la chandelle :" il s'agit ni plus ni moins que de notre avenir sur Terre." A déclaré le scientifique H.Reeve la semaine dernière. 

     Que pouvons nous faire? 
   En tant que citoyens: Nous informer, informer autour de nous, faire savoir aux cieux d'en haut que nous savons, que nous sommes de vigilants témoins et aussi que nous sommes prêts à changer, dès aujourd'hui, nos habitudes. Par exemple ne plus sortir en 4x4 climatisé pour ramener un paquet de cigarettes ou ne plus gaspiller eau et énergie.
   En tant que consommateur: toujours préférer le commerce équitable ou les produis des producteurs locaux respectueux de l'environnement - et même menacer de boycotter tout le reste!
   En tant qu'être intelligent qui veut rester en vie: être solidaires avec les pays du Sud. Provoquer des débats. Oser désobéir au lieu d'aller contre sa conscience. Avoir l'esprit critique... 
   Des solutions sont - certainement - possibles à la crise mondiale actuelle pour peu que nous en sentions responsables en même temps qu'acteurs puissants et efficaces 

Géronime Glasgow

 


 
 

PUBLICITE

 

Imprimer
Rechercher
La Une
Forum

Sète
Shopping
Culture
Contact