OPIS . Conception, hébergement et gestion de sites Internet.
 
    Le Journal d'Information de Sète et du Bassin de Thau sur le Net. N° 49 |
Imprimer
Rechercher
La Une
Forum

Sète
Shopping
Culture
Contact

 

 

*
 
 
 
 
 
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

^

14 / 10 / 2002

 

Assurance, sécurité et toute puissance. 

Encore un petit métier qui se perd..... Celui d’assureur. 
Ils seraient au bord de la faillite et refusent d’assurer: 
-- Les utilisateurs d’OGM et autres biotechnologies, 
-- Contre les catastrophes naturelles d’origine climatique, 
-- La téléphonie mobile, et plus généralement les risques pouvant être dus aux champs électro magnétiques 
-- Les hôpitaux et cliniques, les obstétriciens et autres radiologue ou tout médecins 
-- Les patients trop malades qui sont radiés 
-- Contre le risque terroriste aérien 
- Contre le vol des scooters 
-- Et les risques industriels ? Dans nos pays « développés » c’est pas terrible, voire Toulouse, mais lorsque une grosse multinationale ( Carbide ) vient s’implanter dans un coin perdu en Inde , à Bhopal par exemple parce que les salaires y sont dérisoires , et se rend responsable de plus de 20 000 morts et 150 000 malades chroniques à force de rogner sur la sécurité (cf. Chichois N°12 ) c’est l’horreur. Cette firme dévoile ses vrais visages : férocité et avidité sans frein parce que sans autre valeur que le profit. Les indemnisations pour les travailleurs et les habitants de Bhopal ont été ridicules, le site n’a toujours pas été dépollué et 18 ans après le drame les gens, sans travail, sans soins et malades continuent à y survivre et à se battre. Dow Chemical , premier groupe mondial pour la chimie, reprenant par absorption Carbide, n’a pas non plus dépollué le site ni réajusté les indemnités ni la prise en charge des soins médicaux des survivants. W.Endersen, l’ex PDG de Cardide vit luxueusement à New York, jugé responsable de l’accident il est pourtant recherché au niveau international. Mais sur le site internet de Dow Chemical on peut lire :  «  Chez Dow, protéger les personnes et l’environnement fait partie de tout ce que nous faisons et de chaque décision que nous prenons. » ! ! Alors qu’aux USA, Dow a été reconnu coupable de différents scandales :plainte des vétérans du Viet Nam contre l’agent défoliant Orange, contamination par la dioxine, fabrication d’implants mammaires défectueux.... 
Donc il est indispensable qu’il y est des assurances mais aussi une législation internationale qui contraigne les entreprises à assumer la responsabilité des catastrophes environnementale dont elles sont la cause. 
Dans l’industrie le pollueur n’est pratiquement jamais le payeur et les assurances se font discrètes, évanescentes... L’ industriel essaye de faire prendre en charge par la communauté les mesures coûteuse de sécurité et de dépollution - voir l’inénarrable réunion entre le directeur de Sud Fertilisant et des militants de diverses tendances politiques. La réunion accueillait, plus ou moins sous le sceau du secret ( on se demande pourquoi ?), Mr. Frechet - pour nous parler de la sécurité, de la « culture du risque » ....et des payeurs. 
Il finit par persuader les deux tiers de l’assemblée que financièrement c’était à la communauté de prendre en compte les coûts de sécurité d’autant que l’usine n’est pas rentable ! Là on se pose la question si l’usine est déficitaire, dangereuse, polluante et inutile ... Alors pourquoi ne pas fabriquer de la layette à la place ? 

Revenons au problème de l’esquive des assureurs. Ils pensent eux, qu’il existe des risques trop forts, trop au dessus de celui qui serait acceptable comme rançon du progrès. Ils voient aussi que les consommateurs, les victimes s’organisent et que la législation se transforme et leur donne des armes. Certains entonnent, depuis un moment déjà, la complainte des contemporains trop frileux qui ne supportent aucun risque alors que le risque zéro n’existe pas. 
Ne peut on y voir une autre contradiction ? La science -biotechnologie, médecine, chimie, agro alimentaire - se présente comme porteuse de toute puissance, de vérité. Et elle seule a ce privilège. A tel point que les récalcitrants, ceux qui ne sont pas assez convaincu et refusent de se soumettre sont poursuivis devant les tribunaux ( les témoins de Jéhovah par exemple s’il y a accident. Ou les cultivateurs qui refusent la loi des semenciers d’OGM).
A une époque ou on se doit de mourir en bonne santé, ce qui est devenu une valeur en soi, où le héros est devenu le greffé, le génétiquement bidouillé, où la science prétend avoir enfin percé les secrets de la nature comment ne pas être déçu, offusqué de ne pas etre soit même un miraculé ou pire d’ etre une ratée dans la merveilleuse mécanique..
Si la science se présente comme la seule vérité, donc la vérité absolue, elle se doit d’avoir les résultats qui correspondent. 
Sinon elle doit en rabattre sur ses prétentions et privilèges. Ce sont les assureurs qui placés entre le marteau et l’enclume, sont les plus sensibles à la contradiction et prennent la fuite les premiers.

 

Géronime Glasgow