............Page d'accueil de Sète ................... Recherchez sur le Chichois................... Arts et spectacles dans la région.............. Vente de produits du Midi............Pour nous contacter
... .| AccueilSète |-------| Recherche, archives |-----| Art, spectacles |-------|- Shopping |-------- E-Mail.|.
Le Journal d'Information de Sète et du Bassin de Thau sur le Net. N°26|

Imprimer Chichois

Page précédente
_________________

.OPIS conception hébergement de sites.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 

 
 
 
 
 
 
  

  Haut de la page

 


 


En tant que citoyens, pouvons nous contester les directions prises - en matière de santé publique, d'orientation économique et technologique - par les gouvernements sur les conseils des scientifiques, des économistes, des industriels et autres professionnels ? 
Avons nous les éléments d'enquête pratique, les connaissances théoriques ? Le devons nous ? Sur quoi nous appuyer ? 
Sur quoi nous appuyer par exemple pour refuser la construction, dans le port de Sète d'un hangar devant servir à réceptionner et stocker des graines OGM ? Pouvons nous contester le Plan d'occupation des sols de la ville de Sète, relativement aux sites Sévéso ?
Pouvons nous affirmer l'insalubrité des incinérateurs d'ordures ménagères ? Devons nous relancer le débat sur l'aménagement du triangle de Villeroy pour protéger les zone humides naturelles ?
Sommes nous capable de mener des débats contradictoires documentés et argumentés, quelque soit notre avis ? 

Soit nous considérons que nous sommes définitivement ignares , que seuls les experts officiels et nos représentants politiques ont droit de donner leur avis. Soit nous pensons que nous informer, débattre publiquement, décider des choix économiques et technologiques est un droit et un devoir des citoyens dans une démocratie, surtout lorsqu'elle se trouve à la croisée des chemins, lorsqu'elle est sommée de faire des choix irréversibles - comme le sont les orientations touchant aux " polluants organiques persistants ", aux déchets radioactifs toxiques pour l'homme durant des centaines de milliers d'années, à la diversité génétique des plantes et animaux.
On nous sert souvent une version monolithique de la société : les scientifiques seraient tous du même avis et tous entièrement confiant dans les conséquences des innovations scientifiques, la société ne pourrait faire d'autres choix, d'un point de vue économique…. Et les citoyens seraient en grande majorité confiant en la science et ses experts ; tout autre choix voulant dire, pour eux, retour en arrière, refus de la modernité, privation, abandon des facilités de vie. 
Si c'est comme cela, effectivement, laissons faire , laissons nous guider, picorons le grain génétiquement modifiés jetés sur le sol de notre poulailler par nos maîtres à penser /gardiens, ne parlons plus d'amiante ou d'effet de serre, picorons sagement en caquetant et peut être auront nous le droit d'aller avec Donald chercher une boite d'allumette en quatre quatre à travers Sète et le soir tous alignés sur notre perchoir nous regarderons, heureux, loft story à la télé. 
Mais s'il y avait une autre version de l'histoire présente, si tout n'était pas déjà joué d'avance et sans nous, si nous nous rappelions aussi que c'est en discutant d'abondance de la chose publique dans la première démocratie connue, à Athènes, que les citoyens ont inventé la philosophie et la science. 
Si les choix techniques et scientifiques regardaient non seulement les experts scientifiques, les industriels, les économistes mais aussi les citoyens appelés à vivre dans ce pays, dans cette ville. 
De nombreux livres sont parus sur ces sujets. Ici même à Sète, sont venus : le professeur J.P.Berlan pour parler des OGM, de leurs danger, et de leur inutilité, un autre chercheur de Montpellier était venu faire une conférence sur la biodiversité de la flore menacée, ou encore Mme Arditi parlant du nucléaire....etc.
Des organismes officiels comme le conservatoire du littoral font appliquer des lois visant à protéger les zones humides naturelles.
Des associations enquêtent, vérifient les données, les chiffres, répertorient des plantes et des animaux, dépistent les toxiques, font un travail de mise à jour des risques, d'éducation, d'éveil des citoyens à leur fonction critique, d'explications pour que chacun puisse se construire un monde intelligible dans lequel il a une place active. 
L'effet de serre, le probable réchauffement de la planète, le danger de l'amiante ; des farines animales, de l'agriculture intensive, la difficulté - pour ne pas dire l'impossibilité - de gérer les déchets radio - actifs, ont d'abord été révélés par des Hurluberlus, des scientifiques marginalisés par leur point de vue, des écologistes scientifiques ou sans diplômes, des contestataires. 
Les citoyens ont pris le relais, ont soutenu ces scientifiques mis à l'écart par leurs pairs.
C'est aussi grâce à eux qu'a été pris un minimum de précaution pour endiguer, réglementer l'explosion technologique..
Contester ne veut pas dire tomber dans l'excès inverse, passer de la compétition technologique au maternage par un gourou. 
Contester veut dire chercher un plus haut degré d'intelligibilité.
A sète nous avons de quoi faire, de quoi débattre, nous avons des sujets de controverse dans l'organisation de la vie sociale, économique, technologique. 

Dimanche 28 Octobre, la journée des associations montrera que la vie associative culturelle fonctionne dans notre ville même si ces associations culturelles, toutes ensemble, récoltent moins de subventions que le seul club de foot de la ville. 




Géronime Glasgow

 

 
Haut de la page
   
CONCEPTION MAINTENANCE HEBERGEMENT SITES INTERNET-OPIS SETE 04 67 53 24 59
Contact